evenement sans titre II cage

événement sans titre II – john cage

événement sans titre II : spectacle autour de compositions de john cage

interpreté par le quatuor ixtla (yin-hué wang, thibault buchaillet, clément ducol et sébastien le guenanff)

danse antoine roux-briffaud

mise en scène thomas gourdy

dispositifs instrumentaux électroniques, réalisateur en informatique musicale, mise en ondes: alexis baskind

à la manière de theatre piece ou untitled event (happening en 1952, par robert rauschenberg, merce cunningham et john cage), l’ensemble ixtla développe dans événement sans titre II l’idée d’un spectacle pluridisciplinaire autour de l’oeuvre de john cage, alternant épisodes dansés, lectures, pièces instrumentales et électroacoustiques.

si un bruit vous énerve, écoutez-le.

« à y prêter l’oreille, les bruits racontent le monde, les sociétés, les périodes de l’histoire. ils révèlent les usages, les modalités d’existence. ils distinguent les milieux sociaux et également les croyances. les cris et les sanglots sont des bruits. les rumeurs de la ville, celles de la nature ne s’entendent comme des bruits que si l’attention veille. les bruits du monde, les bruits des techniques ont été source d’inspiration pour les compositeurs qui parfois les ont intégrés tels quels dans are l’oreille des hommes, il suscite la faculté d’identification et déclenche la mémoire en mobilisant l’esprit.
bien plus que les couleurs et les formes, les sons et leurs agencements façonnent les sociétés.
avec le bruit est né le désordre et son contraire : le monde. avec la musique est né le pouvoir et son contraire : la subversion. dans le bruit se lisent les codes de la vie, les rapports entre les hommes. clameurs, mélodie, dissonance, harmonie ; lorsqu’il est façonné par l’homme avec des outils spécifiques, lorsqu’il envahit le temps des hommes, lorsqu’il est son le bruit devient source de projet et de puissance, de rêve : musique. »
jacques attali, « bruits »